Powered by Invision Power Board


Forum Rules Bienvenue dans le Centre culturel

Les différentes salles abritent plutôt les présentations et critiques tandis que l'espace central du Centre culturel accueille diverses discussions sur tout objet que vous considérez comme culturel.

  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Pour des jeux vidéos jouables, Quand les français ronchonnent
Eölen
Écrit le : Mardi 29 Novembre 2011 à 22h53


Fondateur pas dans la main
Group Icon

Groupe : Admin
Messages : 2 596
Membre n° : 15
Inscrit le : 03/01/2003




Une chouette information qui me tombe sous la souris ce soir m'incite à ouvrir un nouveau fil de conversation ! D'après plusieurs articles comme celui-ci du Monde.fr, l'UFC-Que choisir (association de consommateurs) organise une plainte contre plusieurs producteurs de jeux vidéos et plusieurs vendeurs pour protester sur plusieurs choses :

- vente de jeux plein de bugs, obligeant à avoir internet pour télécharger des correctifs
- utilisation de codes d'activation unique afin de lutter contre le marché de l'occasion (faudrait racheter un code pour que ça marche)
- la systématisation des DLC qui s'apparente quand même bigrement à du foutage de gueule, donnant bien trop souvent l'impression que les jeux sont vendus sous une forme incomplète, nécessitant une dépense supplémentaire

C'est bien mieux expliqué dans l'article, je vous y renvoie pour les détails. Maintenant, qu'en penser ? Pour ma part je trouve étonnant qu'une association de consommateur se préoccupe de jeux vidéos, et les critiques de manière aussi renseignée. C'est fou qu'ils sachent aussi bien ce qui nous saoule depuis pas mal de temps et qu'ils décident de se lancer dans une bataille juridique pour faire changer ça.

Cela n'aboutira sans doute à rien, sinon à repousser les sorties de jeux en France, mais cela montre en tout cas une évolution dans le rapport qu'entretien la société avec les jeux-vidéo.

Qu'en pensez-vous ?
PMEmail PosterUsers Website
Top
Asuka
Écrit le : Mercredi 30 Novembre 2011 à 16h02


Akaï Tsuki
Group Icon

Groupe : Citoyennes
Messages : 1 795
Membre n° : 44
Inscrit le : 07/03/2003




Il ne faut pas oublier que les entreprise ayant le contrôle des jeux vidéos ont comme premier but de faire de l'argent, sinon pour les jeux ayant beaucoup de bug cela dépend de que entreprise, car il faut savoir que certaine donnent un temps limite pour compléter un certain jeu, sinon il y a une phase beta test pour trouver certains bugs, de toute façon je n'ai jamais vu un jeu sortir sans bug où il était parfait, il en reste toujours.

Pour la connexion internet il faut dire que nous arrivons en 2012 et bon avec tout les réseaux sociaux et la technologie rare sont ceux qui n'utilise pas internet où qui ne connaissent pas quelqu'un qu'il y a accès. Sinon les DLC sont surtout des trucs pour faire plus de profits, et la plupart des DLC ajoute quelque options de plus que peut-être les concepteurs n,ont pas eu le temps d'intégrer. Il faut dire que certains DLC sont quelque maps payante pour certains jeux et il est évident que c'est pour faire de l'argent.

Certains jeux sont fait à l'intérieur d'un an tandis que d'autre prennent 5 ans à faire, il ne faut pas oublier les traductions pour les jeux internationaux, c'est d'ailleurs pourquoi certains jeux offrent deux phases beta, une fermée et ouverte. Aujourd'hui les jeux ne sont plus en 8bits et parfois ils coutent extrêmement chers en main d’œuvre, car la technologie est beaucoup plus onéreuse pour le 3D haute définition que un petit jeu en 2D des années 80, il ne faut pas oublier le nombre de gens à payer. Donc ils doivent trouver un moyen de faire du profit surtout pour les jeux en ligne.

D'ailleurs la mode en ce moment sont les jeux Free to play avec Cash Shop, cela permet à certaine entreprise d'augmenter leur profits de 700% au dessus d'un abonnement obligatoire chaque mois, DC Universe Online et Team Fortress 2 sont de bon exemples. Avant les jeux était fait dans un sous-sol seul ou avec une équipe d'amis, aujourd'hui plus de 500 personnes peuvent travailler sur un jeux vidéo et elles doivent être payée. Le seul problème est que certaines entreprise demande beaucoup trop pour les DLC et cela parfois les fait perdre beaucoup plus que de gagner, car le prix est trop élevé.

Finalement, il ne faut pas oublier que une entreprise de jeux vidéos est avant tout là pour faire du fric et non donner tout gratuitement et attendre de faire faillite, car elles n'ont plus un rond.
PMEmail Poster
Top
Le poussin
Écrit le : Mercredi 30 Novembre 2011 à 20h35


Roi des abysses
Group Icon

Groupe : Citoyens
Messages : 507
Membre n° : 310
Inscrit le : 22/09/2003




Le problème n'est pas nouveau et existait déjà avant l'explosion du jeu en ligne.

- Vente d'un logiciel plein de failles, obligeant à avoir Internet pour télécharger les correctifs (de sécurité).
- Utilisation non seulement d'un code d'activation mais également le fait qu'un exemplaire soit lié au matériel (il faut racheter un code si on change de machine)
- Systématisation de la vente liée (qui EST illégale), vente d'un produit intrinsèquement quasi identique mais bridé, nécessitant une dépense supplémentaire pour obtenir la version complète.

Je vous laisse deviner à quoi je fais référence. Et ça n'est qu'un exemple parmi d'autres.

Pour le premier point autant je trouve ça anormal pour la première partie, autant la possibilité de télécharger des correctifs me paraît une très bonne chose. D'une ça ne sera jamais vraiment obligatoire (pas BESOIN d'avoir Internet), et de deux je préfère que le produit soit corrigé, mis à jour, amélioré, etc. plutôt que laissé en l'état. Au final c'est le client qui est gagnant.
Sans compter que je considère qu'Internet est un "service essentiel" de nos jours, de plus en plus utilisé pour bien des choses, plus important que le téléphone et à plus forte raison, un téléphone portable. Et les services qui imposent d'avoir un numéro de portable n'ont pas l'air de choquer grand monde...
Le vrai problème c'est la livraison de produits pas finis. Mais n'ayant jamais été confronté au problème, je resterai neutre.

Tuer le marché de l'occasion... et les boutiques également (par opposition au commerce en ligne). Ce qui m'embête le plus dans l'histoire ça n'est pas la volonté de tuer ces marché (je comprends la stratégie commerciale) mais le fait qu'on ne puisse pas (par exemple) prêter/donner un jeu à un copain simplement, le fait que le produit ne nous appartienne pas vraiment. On retire retire des libertés au client.

Les DLCs... personnellement je ne suis pas client (déjà que je ne suis pas client de grand chose :P). Pour moi le problème n'est pas en soit le fait de vouloir faire payer pour du contenu en plus (les add-on c'est pas nouveau) mais, et ça rejoint le premier point qu'on vende un produit incomplet.

Après c'est aussi aux gens de réagir, en boycottant par exemple, ou... en piratant. D'ailleurs pour le piratage ça se fait déjà. Je vois ça autour de moi : les gens vont pirater les jeux mal finis parce qu'ils savent qu'ils vont les finir en un rien de temps et qu'ils ne valent pas le coup. Par contre ils seront content de payer, même un prix un peu élevé (par rapport à un jeu mal fini), pour un jeu de qualité, qui vaut le coup tout simplement. Pareil pour les éventuelles extensions du jeu.

C'est toujours une bonne chose qu'un association se penche sur le sujet, ne serait-ce que pour faire un peu de bruit et faire prendre conscience aux gens des problèmes.
Et vu l'ampleur du marché du jeu-vidéo, rien de surprenant qu'elle s'en préoccupe ! Le jeu-vidéo n'est plus un loisir marginal depuis quelques temps déjà.
PMUsers Website
Top
Le poussin
Écrit le : Lundi 05 Décembre 2011 à 20h07


Roi des abysses
Group Icon

Groupe : Citoyens
Messages : 507
Membre n° : 310
Inscrit le : 22/09/2003




Pour alimenter le débat, quelques éclaircissement législatifs provenant d'un juriste.
PMUsers Website
Top
Clad maker
Écrit le : Mardi 06 Décembre 2011 à 18h19


Revenant
Group Icon

Groupe : Citoyens
Messages : 672
Membre n° : 6
Inscrit le : 22/12/2002




Je trouve un peu disproportionné de protester contre des jeux vidéo buggés. Je n'ai pas vu que l'UFC Que Choisir citait des noms de jeux vidéo comme "touchés par des bugs multiples". J'aurais bien aimé savoir lesquels parce que hormis les Elder Scrolls j'ai pas des dizaines d'exemples en tête. Alors certes, je suis plus un joueur console donc peut être que les jeux buggés ne sortent que sur PC (pour cause de dizaines et dizaines de configurations différentes) mais ça m'étonne quand même. Après, les développeurs / éditeurs font l'effort de fournir des patchs gratuits pour les corriger donc difficile de se plaindre de cette bonne volonté (qu'est ce qu'on dirait si les patchs correctifs étaient payant : on pourrait très bien imaginer acheter une version du jeu sans support à moindre frais mais aussi une version avec support de l'éditeur sur 1 ans par exemple avec un surcoût...)

Concernant le point sur des jeux trop courts / incomplets auxquels il faut appliquer des DLCs pour en découvrir tout le contenu, je suis assez d'accord sur le fait que la pratique peut être néfaste pour les joueurs. Néanmoins, jusqu'à maintenant, les DLCs sont surtout des ajouts mineurs au gameplay voire de petit contenu (et non pas des ajouts de contenu scénaristique / chapitres entiers du jeu), donc on peut quand même profiter du jeu sans avoir à débourser un centime de plus (parce que bon les packs de costumes c'est pas vraiment indispensable...). Donc libre au joueur de débourser plus pour des DLCs ou non, et vu comme ils sont omniprésents, ils doivent bien se vendre.
Je n'inclue pas dans la case DLCs les add-ons qui pour moi sont un ajout conséquent de contenu (à la fois scénaristique, gameplay, et graphique) et qui peuvent justifier leur prix (et encore une fois, si un add-ons ne nous parait pas juste dans son prix, rien ne nous oblige de l'acheter).


Sinon l'article de CanardPC est intéressant et éclaire pas mal de choses. Notamment, ca fournit des arguments pour les éditeurs de jeu pour passer au dématérialisé. Ainsi, plus de problème du marché de l'occasion, de licence et autres. Intéressant pour eux, moins pour nous (sauf si les jeux sont moins chers vu qu'on perd des droits sur le produit final).
Néanmoins, à ce que je comprends, ces articles de loi sont propres à la France. Donc je vois mal comment on va pouvoir imposer ces lois à des éditeurs étrangers qui vont surement se cacher derrière d'autres lois de pays dans lesquels ils sont implantés... (à moins que ca ne soit impossible, je n'y connais pour ainsi dire rien en matière de droit.)


QUOTE

Après c'est aussi aux gens de réagir, en boycottant par exemple, ou... en piratant. D'ailleurs pour le piratage ça se fait déjà. Je vois ça autour de moi : les gens vont pirater les jeux mal finis parce qu'ils savent qu'ils vont les finir en un rien de temps et qu'ils ne valent pas le coup. Par contre ils seront content de payer, même un prix un peu élevé (par rapport à un jeu mal fini), pour un jeu de qualité, qui vaut le coup tout simplement. Pareil pour les éventuelles extensions du jeu.


Je suis assez dubitatif sur ce point. On pirate des jeux parce que c'est gratuit, facile à faire et que ça permet de jouer à plein de jeux (qu'on ne fini pas forcément). J'ai du mal à voir un acte militant contre la politique des éditeurs de jeu dans le piratage. Si on estime qu'un jeu ne vaut pas le coup autant ne pas y jouer et se concentrer sur les jeux qui nous intéressent (et y a du choix, cf topic sur les jeux de fin d'années).
PMEmail PosterAOL
Top
Le poussin
Écrit le : Mardi 06 Décembre 2011 à 20h30


Roi des abysses
Group Icon

Groupe : Citoyens
Messages : 507
Membre n° : 310
Inscrit le : 22/09/2003




QUOTE
Je suis assez dubitatif sur ce point. On pirate des jeux parce que c'est gratuit, facile à faire et que ça permet de jouer à plein de jeux (qu'on ne fini pas forcément). J'ai du mal à voir un acte militant contre la politique des éditeurs de jeu dans le piratage. Si on estime qu'un jeu ne vaut pas le coup autant ne pas y jouer et se concentrer sur les jeux qui nous intéressent (et y a du choix, cf topic sur les jeux de fin d'années).


C'était mal formulé, en fait c'est le raisonnement inverse : plutôt que de boycotter ce qu'on trouve mauvais, on finance ce qu'on trouve bien. On ne boycotte pas pour militer mais on refuse d'acheter ce qui n'en vaut pas la peine. Un peu comme on ne paierait pas pour un petit jeu flash, un court métrage sur un site de streaming ou quelques pages d'un webcomic ; on prendra du plaisir à les consommer mais on considère que ça ne justifie pas une rétribution.

Le côté dématérialisé d'un jeu et la facilité de la contrefaçon font que, au final, payer un jeu peut être vu comme du mécénat : le joueur décide de soutenir les créateurs qui l'intéressent le plus, ceux qui méritent sont support. Alors certes, c'est loin d'être la réalité actuelle du marché du jeu-vidéo et je doute qu'on arrive à cela, mais pour qui veut adopter cette manière de faire, c'est possible.

Des initiatives comme Humble Bundle vont complétement dans ce sens. Les gens ne payent pas (uniquement) pour avoir accès au produit mais également pour soutenir les développeurs et l'association charitative liée au projet. Bien sûr, certains se content de payer le minimum, mais les chiffres montrent que les clients ne se limitent pas à ça.
PMUsers Website
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll

 


Habillé par Shadowillusions

Sites de nos membres :
Le blog de Mortis Ghost Le site de la réécriture Avatar RPG Le site de Fauna Friends