Powered by Invision Power Board


  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> [Série] Masters of Sex, Il était une fois le sexe
Eölen
Écrit le : Dimanche 15 Mars 2015 à 19h53


Fondateur pas dans la main
Group Icon

Groupe : Admin
Messages : 2 596
Membre n° : 15
Inscrit le : 03/01/2003




Aujourd’hui je vous conseille une série pour adulte. Ce n’est pas la première, j’avais déjà dit du bien de The Wire, une série policière qui construit bien ses personnages ; In Treatment qui parlait de psychanalyse et Gravity qui suivait des personnes ayant tenté de se suicider. Parce que la télé, ce n’est pas que s’évader vers des mondes meilleurs, c’est aussi une occasion de prendre de la distance avec des thèmes importants et d’en parler, aujourd’hui je vous parle de sexe, et de Masters.
Image attachée

Le docteur William Masters a consacré une partie de sa carrière médicale à la découverte de la sexualité humaine. C’est une vraie personne et la série s’appuie sur une biographie écrite sur lui pour poser les personnages et l’ambiance de l’époque. On est dans les années 50 à Saint-Louis, aux États-Unis. La série a débutée en 2013 et se compose pour l’instant de deux saisons de 12 épisodes. La troisième saison sera diffusée sur Showtime à la fin de l’été. C’est une série qui m’a été conseillée par une amie qui tient un blog ou elle parle de pas mal de choses cools.

L’ambiance de la série est évidemment un point positif. Ces années nous sont relativement méconnues et ne sont pas pour nous un âge d’or, ce que semblent penser les producteurs de la série dans ses débuts, et qui mettra du temps à évoluer. La série reste centrée sur son sujet et ne parle qu’assez peu de politique, le faisant cependant avec tact. Les décors sont composés de beaucoup d’intérieurs et de voitures d’époques, ce qui est assez morne à vrai dire. Les costumes et les coupes de cheveux sont par contre magnifiques. J’ai beaucoup aimé les improbables tignasses des demoiselles et les coupes dégueulasses des hommes.

Ce qui est central dans la série, c’est donc le sexe. D’abord celui que regarde William Masters, chronomètre en main, pour comprendre comment les gens fonctionnent. Il est rejoint dans son œuvre par Virginia Johnson, qui n’a que quelques notions de médecines mais qui réussit bien mieux à gérer les aspects humains, et les difficultés qu’ils ont à demander à des gens de coucher avec des inconnus pour observer leurs évolutions. Par ailleurs, on suit leur vie affective et sexuelle complexe et celle de tout un tas d’autres personnages qui introduisent des problématiques riches et pas forcément si communes à la télévision.

Le traitement visuel est à l’inverse de la pudibonderie des discours de l’époque et rares sont les personnages dont on ne voit pas le corps nus à un moment ou à un autre. Ce n’est pas vulgaire ni excitant, pour tant que l’on adopte la vision extérieure de la science. Le média se regarde le nombril intelligemment dans la seconde saison grâce à un caméraman qui film et documente l’étude, introduisant des réflexions sur la réalisation et l’art cinématographique plutôt bienvenues. Et ce n’est pas le seul thème qu’aborde la série et qui dépasse le seul sujet du sexe.

J’ai beaucoup aimé cette série, non pas tant pour sa réalisation que parce qu’elle a résonné avec mon expérience personnelle ou avec mes réflexions sur le couple à divers moments. C’est un peu le but de tout soap opéra et je me suis parfois demandé si ça n’en était pas une forme à part. En fait, je pense que c’est beaucoup plus que ça, parce que la série parle du travail de recherche scientifique, vulgarisant les résultats et tentant de rationaliser les réactions des gens. Je n’ai pas apprécié toutes les trajectoires et choix que faisaient les personnages mais elles sont crédibles et se développent dans une temporalité agréable. Le temps passe très rapidement dans cette série, car ils cherchent à coller à la véritable évolution des Masters et Johnson ayant vécus, et les points clés sont très espacés dans le temps.

Même si vous ne trouvez pas forcément que cela vous corresponde, vous pouvez apprécier les réflexions sur ce qu’est un couple qui sortent un peu de l’ordinaire en considérant bien plus l’aspect sexuel, et c’est loin d’être inintéressant. Je vous conseille aussi cette série si vous avez envie de découvrir un pan de la société américaine et de la recherche médicale dans les années 50-60.
Si vous l’avez vu, n’hésitez pas à venir compléter, j’ai passé pas mal d’aspects de la série et n’ai pas été très rigoureux sur le casting ou la réception, mais vous n’avez qu’à aller voir sur Wikipédia. Je n’ai même pas donné le titre complet qui est : Masters of Sex: The Life and Times of William Masters and Virginia Johnson, the Couple Who Taught America How to Love.
PMEmail PosterUsers Website
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll

 


Habillé par Shadowillusions

Sites de nos membres :
Le blog de Mortis Ghost Le site de la réécriture Avatar RPG Le site de Fauna Friends